lundi 31 mars 2008

En faisant semblant de ranger, il y a quelque temps déjà (c'est terrible comme ce début de phrase résume bien ma situation!), j'ai retrouvé une petite chose ancienne. Parfois, les autres ne voient pas ce qu'on fait, pire, ils voient à travers, comme dans une vitre, c'est très frustrant. Mais, il y a aussi les autres des autres. Ceux qui regardent, voient, décodent, résonnent, raisonnent...entendent. Ce qui leur parle, ce qu'il partage. C'est pourquoi je publie aujourd'hui cette petite chose. Ce n'est pas moi qui l'ai écrite. L'autre Gouny se reconnaitra...
"La mouche n'a pas de pieds. Elle n'a pas de chance non plus. Mais ça ne l'empêche pas d'être très heureuse avec ses petites pattes. Elle peut escalader les murs, ramper aux plafonds, virevolter devant les vitres, explorer les pots de confiture et les bouteilles d'alcool. Souvent la mouche îvre ou éblouie par le soleil se cogne; elle n'en meurt pas; la mouche n'est ni fragile ni hypocondriaque. ça lui fait justede petites bosses sur le front, et elle s'en accomode fort bien, elle trouve même cela séduisant. La mouche n'a pas beaucoup d'amis, mais moi non plus. Je suis donc une mouche?"

En re-cherchant ce soir cette petite chose, une chose entraînant l'autre, j'ai trouvé autre chose. J'adore.
"Adam était une prune
Eve un myosotis
SCENARIO
Un prunier
Des fleurs
Un fruit tombe
il écrase une fleur"

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Quel poète cet autre Gouny !! Tu en as de la chance, il doit tous les jours te chanter diredaines, stances et lais.

Je crois qu'il t'aime (même s'il s'aime parfois assez peu)

lpcb a dit…

Durée de vie maxi de la mouche : 5 semaines. Elle doit aimer intensément à ce rythme là...

Carole

Anonyme a dit…

BZZZ, BZZZ, BZZZ
La mouche poëte est sur la fleur où tombe la prune qui écrase la mouche qui écrase la fleur. On ne pourra pas dire d'elle que c'était une mouche à merde.

carl a dit…

voilà deux petites choses bien précieuses...